•  

    Transparence

     

    Transparence

     

     

    Transparence des âmes où la beauté se joue
    D'un regard que l'amour enflamme d'un rayon
    Et vient brûler les cœurs battants à l'unisson
    Quand vient le doux moment d'un baiser sur la joue.



    Un bonheur qui fleurit, un soupçon de douceur
    Une musique tendre ou pleure un violon
    Et c'est l'embrasement en multiples couleurs
    Lorsque les corps frémissent à perdre la raison.


    Le chant d'un rossignol troublant seul le silence
    Plus sensible aux amants qu'un orchestre parfait,
    Transportant leurs émois, devants leurs impatiences,
    Bien plus forte est l'étreinte : l'amour a ses attraits...



    Ils ont le regard clair, leurs esprits sont en phase.
    Une douces envolées amoureuses est sans loi.
    Ils se laissent porter par l'amour et la foi
    En leurs gestes affolés les menant à l'extase.



    Un bonheur qui fleurit, un soupçon de douceur
    Une musique tendre ou pleure un violon

    Et c'est l'embrasement en multiples couleurs
    Lorsque les corps s'unissent à perdre la raison.



    La main et la plume 

    03/05/2010

    Sacem

     

     


    votre commentaire
  • Amours éphémères

    Amours éphémères



    Le temps de nos amours est court ! Je ne suis que ton obligé.

    Laisse-moi te féconder puisque c'est l'heure de notre hyménée.

    Emporte-moi vers tes désirs et dévoile-moi ta gracieuse volupté

    Afin que je m'enlise en toi et que l'on se connaisse à jamais.

    Je suis ton humble serviteur. Ton faiseur d'amour.

    Celui qui n'est sur cette terre que pour t'apporter la félicité

    En te permettant d'être fécondée afin de perpétrer ton espèce.

    Tu est la sauvage fleur des terres lointaines, la perle des jungles tropicales, 

    Et je viens butiner ton délicat calice au couleurs vives et au parfum grisant.

    Avec frénésie et le sens du devoir accomplit, je viens déposer en ton cœur

    Mes hommages de mâles qui ne vit que pour t'apporter la renaissance.

    Je ne suis que l'humble porteur d'amour. Le bel amant d'un jour.

    Je m'en vais disparaître bientôt, non sans avoir apporté à d'autre fleurs

    La semence pollinisatrice que je transporte sur moi et dont je profite

    Pour, à mon tour, jouir de l'honneur de satisfaire la plus rare,

    la plus belle de toutes les fleurs

    Avant de mourir comme il se doit, en honorant ton coeur.

    Après avoir parcouru le monde et vécu le meilleurs de ma vie.

    Et puisque c'est mon lot de laisser à mes descendants,

    Le suprême honneur de renaître un beau jours de printemps,

    Moi le papillon ferait mon éternel retour pour encore te féconder

     La prochaine année, au retour du printemps.

    Je suis le beau papillon d'amour !

    Roi parmi les insectes qui perpétuent la vie.

    Puisque c'est là ma destinée après mettre accouplé, avant que de partir,

    Je rendrai mon ultime hommage devant ta parfaite beauté

    Qu'en me laissant mourir à tes pieds.

    Amours éphémères

    N. Ghis.

    "La Rose De Janvier"

    Poésie écrite le 06 Novembre 2015

    Amours éphémères


    9 commentaires
  •  

     

    Juste un rayon de lune

    Juste un rayon de lune

     

    Juste un rayon de lune éclaire le lit blanc
    Et caresse les draps ou sa pensée la tord.
    Ils avaient rendez-vous au jardin sur le banc,
    Mais il n'est pas venu et pleine de remord,


    Le reproche en son cœur elle pleure sa défaite.
    Il était amoureux, il désirait son corps.
    Elle le croyait sincère, pour elle c'était un fait :
    Il ne faut jamais croire aux futiles accords!


    Elle s'est donnée trop vite amoureuse éperdue,
    Ignorant la prudence mère de la vertu,
    Elle s'est offerte à lui sans réfléchir à elle
    Espérant en l'amour qu'elle voulait éternel.


    Sa nudité cachée sur le drap éclairé,
    Elle repense à lui qui trahit son amour.
    Que peut-elle espérer d'un destin fracturé ?
    Les souvenirs son là pour y penser toujours.


    Son bonheur n'était pas à porté de sa main!
    Elle avait cru pourtant le frôler de ses doigts
    Mais l'amour, comme la vie, se fiche bien des lois !
    Il va, il vient, s'ennuie pour fuir un beau matin.


    Et dans son infortune elle respire les draps
    Ou l'odeur de son corps mêlé à son parfum
    La mettent en souffrance et dans tous ses états.
    Elle n'est pas encore prête à prendre le chemin


    Vers une guérison, l'oubli et la raison.
    Elle se ferme sur elle, elle pleure et se morfond
    Le téléphone portable à porté de sa voix,
    Attendant un appel qui ne sonnera pas...



    N. GHIS.

    Juste un rayon de lune

    Jean philippe (site web) Le 16/07/2009

    Ce que tu écris, c'est géant, mais je n' ai pas tout lu : il me faut du temps, car moi je m' imprègne de tes mots pour vivre des sensation forte. Bisous, Ghis.  Jean-Philippe.

    Juste un rayon de lune


    8 commentaires
  •  

    Tendre souvenir

    Poème transformé en texte de chanson 



    Tendre souvenir



    J'ai retrouvé dans un vieux livre

    La fleur que tu m'avais donné.

    Fleur des regret, toute aplatie,

    La fleur de mes rêves enfuis.

     

    Malgré le temps qui est passé

    Et malgré cette fleur séchée,

    Je garde encore au fond du cœur

    L'image de ce doux bonheur

    Lorsque tu m'as donné cette fleur.

    Lisa, petite fille de l'été

    Aux longs et blonds cheveux cuivrés !

    Dieu, que ta peau était dorée

    Sous le soleil de ce bel été !

     

    J'avais vingt ans, la fleur aux dents.

    La vie me semblait si facile en ce temps là,

    Tout prés de toi, si belle, si douce,

    Tendre Lisa...

    Aujourd'hui, quand je repense

    A nos jeux tendres, à notre enfance:

    Adolescente dans ma vie,

    Déjà si femme dans mes nuits !

     

    Bien souvent je t'ai pris les lèvres

    Dans mes rêves, dans mes rêves.

    Bien souvent j'ai pensé te dire

    Le secret de mes doux délires...

     

    Et ce vieux livre de ma jeunesse

    Garde encore la fleur tant aimée

    Qui, dans mes doigts, me fait revivre

    La jeune fille de mon passé.

    Lisa, petite fille de l'été

    Aux longs et blonds cheveux cuivrés !

    Dieu, que ta peau était dorée

    Sous le soleil de ce bel été !

     

    J'avais vingt ans, la fleur aux dents.

    La vie me semblait si facile en ce temps là,

    Tout prés de toi, si belle, si douce, 

    Tendre Lisa... Tendre Lisa.

    N. Ghis. 

    Tendre souvenir

    Texte écrit en 1983

     

    Tendre souvenir

     

    Michelle (site web) Le 02/07/2009

    Bonjour N. Ghis

    Je ne sais pas quoi dire, tellement votre site est beau ! vous êtes une technicienne des mots !
    Les textes sont magnifiques ! Vous écrivez ce que j'aurais voulu écrire : ce que j'écris, je pense, est plutôt "enfantin". Je reviendrai plus longuement, lire vos textes. Bonne journée !
    Michelle.

    Tendre souvenir


    4 commentaires
  •   

    Doux fantasme de mes nuits

    Texte libre

    Doux fantasme de mes nuits

     

    Doux fantasme de mes nuits

    (Deuxième version plus courte)

     

    La nuit, je rêve que je me glisse doucement prêt de toi,

    Et sous la clarté de la lune, paisiblement endormie, je te regarde.

    Je devine tes courbes encore enfantines

    Qui me font soulever doucement le drap de satin.

    Il me cachent beaucoup trop de belles choses!

    Tu es ma déesse à la peau d'albâtre au grain fin et satinée!

    Je caresse cette peau douce et tu t'éveilles à mon contact.

    Mes doigts se perdent dans ta chevelure blonde et soyeuse

    Et je respire ton parfum enivrant qui me grise.

    Tu es belle de partout mon amour!

    Tu sembles si fragiles, si attendrissante,

    Que seul l'amour que je te porte peut m'apporter la plénitude.

    Tu es mon doux rêve énigmatique! Ma douce beauté chimérique

    Qui, chaque nuit, m'invite à la retrouver dans les méandres de mon imaginaire,

     Par delà l’immensité d'un songe inaccessible à la réalité.

    N. GHIS. 

    Doux fantasme de mes nuits

    Texte revu et corrigé le 13 Avril 2016

    Doux fantasme de mes nuits


    votre commentaire