• L'éveil du poète

     

     

      

    L'éveil du poète

      

    Est poète celui qui sent vibrer son âme

    Et qui la cherche, ardent, pressé de découvrir

    La puissance qu'il a pour attiser sa flamme

    Et pour la cultiver sans jamais l'appauvrir.

    Il lui faut éveiller l'inconnu qu'il ignore

    Et qui pourtant est LUI, mais qu'il ne peut saisir.

    Le rayon capturé se disperse, incolore,

    Exaspérant son rêve autant que son désir.

    Cependant il perçoit l'ineffable musique

    Qu'il voudrait exprimer avec des mots trop lourds,

    Il les polit, les change, exigeant, tyrannique,

    Pour les rendre aussi doux qu'un tissus de velours.

    Il écoute une voix qu'il tente de traduire

    Mais ne sait exprimer ce qu'il a ressenti.

    Son espoir cependant ne cesse pas de luire :

    D'un courage certain, sa Muse l'a nanti.

    Puis un jour, la partie engagée est gagnée,

    Ses chants sont plus profonds et s'avèrent meilleurs,

    De magiques échos sa verve est imprégnée

    Car il a découvert la piste des " ailleurs"...

    Il lui faut sans pitié se soumettre à l'angoisse

    User patiemment l'écran fait par l'oubli,

    Retrouver quelques joies ou le passé se froisse,

    Ne jamais consentir un funeste repli.

    Le poète se doit de capter l'invisible,

    De le sertir de songe et de réalité,

    Puis, irisant sont vers aérien, et sensible,

    De faire à ce trésor un écrin de beauté.

     

    « Proverbes -11-Doux fantasme de mes nuits »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Février à 19:55

    Bonsoir chère Ghislaine que c est joli j aime beaucoup de lire chez toi c est que du bonheur,un grand bravo,je te souhaite une bonne soirée et prend bien soin de toi...gros bisous...Pascal

    2
    Mercredi 15 Février à 12:00

    Excellent écrit .

    J'adore .

    Toujours inspiré par l'autre sa muse ,

    le poète sait coucher ses ressentis !

    Bon mercredi Ghislaine !

    Marc

      • Mercredi 15 Février à 13:36

        Merci Marc pour votre passage. Bonne journée à vous!

    3
    Dimanche 19 Février à 10:29

    Ce beau poème mériterait peut-être une musique ?

    4
    Dimanche 19 Février à 11:55

    Bonjour Pierre-Michel

     

    Tu penses? C’est toi qui vois ! Tu décides… C’est ton choix. Tu es libre; mais il y en a plein d'autres comme celui que te te mets ci-dessous... Lis-le et dis-moi que que tu en pense? Je le trouve beau car il parle aussi d'amour et pour toi qui est un homme, je le trouverais beaucoup plus approprié que l'autre. Celui-ci que je t'ai relevé, là, est très romantique!

    J'ai mis en gras pour que tu puisse mieux lire.  Tu me dis celui qui te paît le mieux et je te l'envoie. Un grand merci pour ta gentillesse!  Tu me rends heureuse! Amitié, Ghis.

    Voici le lien du premier que tu as lu et qui à l'air de te plaire.

    http://lamainetlaplume1947.eklablog.com/l-eveil-du-poete-a128416542#comment-81578600

    Deuxième poème

    Le poète et sa muse

     

    Il garde un doux secret bien caché en son cœur,

    Rêve d'un jour, d'une nuit, d'un jardin secret

    Ou dorment ses pensées pareilles aux jolies fleurs

    Qui poussent en son ennui à travers ses regret.

     

    Il était une foi une muse en émoi

    Qui cherchait le poète pour lui conter sa foi,

    Lui redonner l'envie de chanter les louanges

    De l'amour éternel qui fait chanter les anges.

     

    Elle lui donna tant que ses mots s'envolèrent,

    Coulant comme des notes accordées à sa lyre,

    Emportés par le vent léger de ses délires

    Qui, jusqu'à elle, en des vers délirants se posèrent.

     

    Dans la brise parfumé' d'un soir de printemps,

    Vénus en cet instant désire le poète, 
    Mais sa muse
     est la seule qu'il cherche dans sa quête

    L'inspiration lui vient de son merveilleux chant.

     

    Heureux il se soumet à cet accouchement

    De tous les mots choisit que lui souffle sa muse.

    Il en est amoureux et souffre en même temps

    De cet éloignement qui fait que ses mot s'usent.

     

    Mais sa muse dans l'ombre veille à ses attentes.

    Elle accorde au zéphyr le sens de ses pensées

    Pour souffler au poète les mots apprivoisés

    Qui sauront l'inspirer et la rendre présente.


    Dans la brise embaumé' de ce soir de printemps,

    Le poète amoureux lui chante ses louanges

    Et la belle répond, muse parmi les anges,

    Messagère d'amour, elle est de tous les temps.

     

    N. Ghis. 19 Mai 2010 



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :