• Prière d'une mère

     

     Prière d'une mère

      

    Prière d'une mère

    (Prose)



    J'ai donné la vie à ce petit bout de nous,

    Ce petit bout de chou, le fruit de notre amour;

    Mais il est des dangers que l'on veut ignorer,

    Qui guettent ce petit être ne demandant qu'à être.

     

    J'ai beau prier, crier vers Dieu: il n'entend pas.

    La vie n'est pas facile. Nous, nous savons tout ça!

    Mais lui ne le sait pas. Non, il ne la sait pas.

    Il apprendra la haine bien assez tôt pour moi.

     

    Laissez-moi mon enfant! Assassins! Laissez-le moi!

    Je la lui ai donné! Kidnappeurs! N'y touchez pas!

    Racisme! Laissez-moi mon enfant de couleur:

    Il est comme les autres! Lui aussi à un cœur!

     

    Il n'a pas l'âge encore pour lui prendre son sang!

    Seigneur! Je ne veux pas qu'on touche à mon enfant!

    Il ne sait rien du mal! Rien de la cruauté qui règne ici bas!

    Il ne sait rien d'un monde ou le mal fait la loi!

     

    A quoi servent les guerres? Pourquoi faire des enfants,

    S'ils doivent un jour partir affronter la mitraille,

    Et mourir loin de nous en glorieux combattants:

    Pauvres bêtes de somme! Pauvres hommes de paille!

     

    Le devoir accomplit, l'absence et une médaille

    Ne comblera jamais ce manque en dedans!

    Et pour quoi sont ces guerres que font les conquérants

    Qui envoient nos enfants là ou pleut la mitraille?

     

     Ce sont des causes futiles pour la plupart du temps!

    Et ça n'arrangent rien: ça va en empirant...

    Nous sommes tous frères, que ça nous plaise ou pas!

    A qui profite ces guerres qui nous mènent au trépas?

     

    Seigneur! Je ne veux pas que mon enfant s'en aille

    Parce qu'il n'a pas le choix d'accomplir son devoir!

    Seigneur! Évitez-lui les grenades, les batailles!

    Je ne veux surtout pas ne jamais le revoir!

     

    Seigneur, évitez-lui les pièges de la vie:

    Tous ces fous, ses malades qui n'en veulent qu'à son corps!

    Ces genres de détraqués n'auront aucun remord:

    Ces fous pour qui le sort sera encor' la vie!

     

    Éloignez mon bébé, je vous en fais supplique,

    De tout ce qui pourrait l'enlever à mon cœur!

    Pour mon petit amour, il n'est pas encore l'heure

    De sacrifier sa vie à ce monde égoïste!

     

    Laissez-le moi grandir! Se faire beau! Vivre en paix!

    Laissez-le se faire homme et devenir un père!

    Meurtriers! Accidents! Guerres et Maladies!

    Allez chercher ailleurs votre ration d'horreur!...

     

    N.GHIS.

     

    Prière d'une mère

    Texte écrit en mais 1979 

    « Je voudrais te direDésir »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 12 Novembre 2016 à 18:38

    Coucou Ghis. Quel joli poème et ô combien d'actualité malheureusement. Je suis vraiment navrée pour toi de tes déboires informatiques! J'espère que tu pourras "sauver les meubles". Bon courage et reçois tout mon soutien. Enormes bisous pour toi. Amitiés de Kannelia.

      • Samedi 12 Novembre 2016 à 18:43

        Merci chère Kannelia pour ton soutient. Je m’en sortirais, mais ça prendra un peu plus de temps que prévu. Je te souhaite une bonne soirée et une bonne nuit. Encore merci. A demain... Ghis.  

    2
    Vendredi 18 Novembre 2016 à 12:56

    bonjour Gigi , j adore ce texte c est tellement beau

    j espere que tu vas bien moi ça va

    je remonte j ai pris mes quartiers d hiver et ça me donne envie d ecrire

    bisous ma douce amie

    elyci pour me trouver tu clic sur le speudo pas sur l avatar et tu y seras



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :