• Quand les bateaux

     

    Quand les bateaux

    Quand les bateaux



    Quand les bateaux s’en vont
    Je suis toujours au quai
    Mais jamais je ne pars
    Et jamais je ne reste
    Je ne dis plus les mots
    Je ne fais plus les gestes
    Qui hâtent les départs
    Ou les font retarder

    Je ne suis plus de l’équipage mais passager
    Il faut bien plus que des bagages pour voyager

    Quand les bateaux s’en vont
    Je reste le dernier
    À jeter immobile
    Une dernière amarre
    À regarder dans l’eau
    Qui s’agite et répare
    La place qu’ils prenaient
    Et qu’il faut oublier

    Je ne suis plus de l’équipage mais passager
    Il faut bien plus que des bagages pour voyager

    Quand les bateaux s’en vont
    Je refais à rebours
    Les départs mal vécus
    Et les mornes escales
    Mais on ne refait pas
    De l’ordre au fond des cales
    Quand le bateau chargé
    Établit son parcours

    Je ne suis plus de l’équipage mais passager
    Il faut bien plus que des bagages pour voyager

    Quand les bateaux s’en vont
    Je suis silencieux
    Mais je vois des hauts-fonds
    Dans le ciment des villes
    Et j’ai le pied marin
    Dans ma course inutile
    Sous les astres carrés
    Qui me crèvent les yeux

    Je ne suis plus de l’équipage mais passager
    Il faut bien plus que des bagages pour voyager

    Quand les bateaux s’en vont
    Je reste sur le quai

    GILLES VIGNEAULT

    Quand les bateaux

    « Le Cygnes et sa compagneLa chanson de l'automne »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :