•   

    Une goutte de lune

     

     

     

    Une goutte de lune

    Une goutte de lune : poème fiction

    La nuit est étoilée, mais je n'y prends pas garde.

    Mes pensées sont ailleurs, perdues dans l'infini.

    Une épine s'est logée en mon cœur par mégarde

    Et la douleur me ronge lorsque je pense à lui.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Je songe et me débat pour le quitter sans bruit.

    Ma lutte est sans espoir dans ce piège adultère

    Et mon corps en émoi ne veux pas ce gâchis

    Car j'ai besoin de lui, sans ses mots, c'est l'enfer.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Il est ma raison d'être et mon souffle de vie.

    Je suis son *égérie, la muse du poète,

    Mais je me sens coupable et souvent je m'inquiète

    De vivre en jouissant d'un amour interdit.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Mes doutes et mes erreurs, je n'en suis plus maîtresse !

    J'ai besoin que l'on m'aime pour ce que je suis !

    Il m'aime ! Je le sais, et pourtant je le fuis ;

    Mais ne peux me passer d'accepter sa tendresse.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Je suis son âme sœur. Il est mon idéal

    Cependant, au départ, rien ne nous réunit.

    Une goutte de lune a piégé mon ennui

    Et je suis son aimée, sa femme et sa *vestale...

     

    N. Ghis.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Une goutte de lune : poème fiction

    Une goutte de lune : poème fiction

    Texte écrit en 2003 

    **Vestale (déesse du foyer)

    ** Égérie (l'inspiratrice d'un artiste) 

    Une goutte de lune  

    Nicol (site web) Le 22/10/2012

    Beaucoup d'esthétisme dans ce site ! Un gros travail d'écriture et, je suppose, une recherche toute à ton avantage! Dès que je le peux, je viens me perdre chez toi. C'est un bonheur que de se reposer de notre journée en rêvassant grâce à tes écrits. Toutes mes félicitations! Amitié, Nicole.

    Une goutte de lune  

    Michelle (site web) Le 01/08/2016

    Bonjour Ghislaine,
    Comme on se sent bien sur ton site ! On y resterait des heures ! Est-ce toi la jolie dame juste à gauche? Gros bisous et
    à bientôt! Michelle.

    Une goutte de lune  

    Sophie (site web) Le 08/05/2010

    Bonjour Ghis,

    Sachez que votre site me plait beaucoup, et que je le visite régulièrement ( même si je ne commente pas toujours ), ainsi hier j'ai pu constater que nous avions les mêmes goûts. Je pense à la vidéo de "Claude Barzotti, le poète", une chanson merveilleuse, en effet!
    Merci encore pour toutes vos interventions sur mon site qui me sont très agréables
    Très bonne Journée! A bientôt, Sophie.

    Une goutte de lune


    18 commentaires
  •  

    Fiction 

     

     

    Mon amour virtuel

     

    Dans le creux de ta mains, dépose un doux baiser

    Puis d'un souffle, envoie-le dans la nuit étoilée.

    Retrouvant son chemin bien au-dessus des nues,

    Il viendra de lui-même jusqu'à ma main tendue.

     

    Puis, remontant mon bras pour atteindre mes lèvres

    Il m'ouvrira les portes qui mènent aux rêve.

    Glissant dans l'inconscience, je volerai vers toi,

    Portée par les baisers que, la nuit, tu m'envoies,

     

     

    Me disant que mêm' quand nous sommes séparés,

    Nos pensées se rejoignent au moment de rêver.

    En attendant l'instant où, enfin, réveillés,

    Nous n'aurons entre nous que l'espace d'un clavier

     

    Que nous n'pouvons franchir de peur d'abîmer

    Un bel amour de rêve! Le rêve d'un amour,

    Qui brûle en notre cœur, et ce, depuis toujours.

    Un rêve qui nous habite; mais non réalisé...

     

    Nous resterons ainsi, l'un de l'autre, éloignés

    Puisque de nous aimer est pour nous défendu.

    Puisqu'on n'a pas le droit de détruire des foyers

    Où des conjoints aimants serait bien trop déçus...

     

    Il nous faut rester sages et s'aimer à jamais

    Dans cette douleur sourde qu'est la force d'aimer

    Taisons nous, mon amour, puisque c'est interdit!

    Mais, par delà nos mots, nous resterons unis...

      

    Mon amour virtuel

      

    N. Ghis. octobre 2005


    5 commentaires
  •   

    Fiction

    Amour et déraison 

    Poème en alexandrin

     


     

    Amour et Déraison

     

    Amour et déraison


     

    Vous êtes un grand fou et cessez, là ce jeux!

    Car vous ne devez pas, de moi, être amoureux!

    Vraiment, regardez-moi, stupide adolescent!

    Je pourrais être mère de vos dix huit printemps!

    Amour et déraison 

    Le désir vous aveugle! Un jour, vous les verrez

    Ces rides au coin des yeux ternissant mon été

    Alors que la saison, en ces premiers beaux jours,

    Ne peut rivaliser avec vous, bel Amour!

    Amour et déraison

    Votre prime jeunesse, votre témérité,

    Votre touchant discourt, je l'avoue, m'ont troublés;

    Mais j'ai plus de trente ans et votre amour naissant

    Ne doit pas se servir de mon affolement!

    Amour et déraison

    Ne vous approchez pas! Ne vous approchez plus!

    N'essayez surtout pas parce que je suis émue,

    De profiter de moi en vous faisant plus tendre!

    Non, je n'ai plus envie ce soir, de vous entendre!

    Amour et déraison

    Comprenez ma réserve et ne m'en veuillez pas

    Si mon corps se refuse à connaître vos bras!

    Déjà, je souffre trop de lire dans vos yeux

    Cette peine infinie qui vous rend malheureux.

    Amour et déraison

    Ce baiser tendre et long! Cette bouche gourmande!

    Ces yeux graves et doux! Je ne peux plus lutter!

    Devant tes arguments, je me sens vacillante

    Et ma raison chavire. Tu vois, je suis troublée.

    Amour et déraison

    J'abandonne ma vie à ton amour, enfant,

    En sachant que demain je serai malheureuse.

    Non! Surtout ne ris pas! Ne sois pas insolent

    Parc' que tu as gagné... et que je suis heureuse.

      

    Amour et déraison 



    Amour Passion texte écrit en 1985
    sous le pseudo de N. Ghis.
     

    Amour et déraison

    Chrys Le 11/08/2009

    Bonjour Ghis. Quel plaisir j'ai eu à m'égarer ici et me laisser porter par vos mots ...

    Je reviendrai m'égarer dans vos allées fleuries de poésies avec un grand bonheur. Vous nous faites du bien et vous savez nous emporter, par vos mots, dans votre rêve poétique où nous nous laissons immerger avec délice. Amicalement, Chrys.

     
    Amour et déraison

     


    6 commentaires
  •  

    Elle n'y croit plus Cette poésie fut écrite pour une amie du net.

    Vers libres 

    Elle n'y croit plus

     

      Elle n'y croit plus

       

    Elle dissimule en son regard la trace d'un souvenir fort :

    D'une passion qui gronde encore, et fait grandir son désespoir.

     En nourrissant cette passion : amour qu'elle croit sans espoir,

    Elle  sens vaciller sa raison. Que lui réserve encore le sort ? 

     

    Elle vit ça comme un abandon : la vie, la mort, quelle importance !

    Elle sent s'effondrer ses défenses, et ne s'accorde aucun pardon.

    Elle est méfiante à toutes histoires pouvant nourrir ses illusions.

    Malgré tout, elle voudrait y croire comme au temps de l'adolescence.

     

    J'aimerai bien pouvoir lui dire que son cœur peut encore guérir !

    Que sa vie peut bien refleurir sur les chemins de grands frissons !

    Mais c'est une guerrière dans l'âme : battante, et pleine de courage,

    Pourtant elle laisse mourir la flamme qui consume son corps trop sage.

     

     Je voudrais bien sécher ses larmes ; mais je sens qu'elle ne le veut pas.

    Elle à bien tort, et je la blâme, car l'existence n'attends pas.

    " Ne refuse pas l'appui d'un homme qui n'attend que ça.

    Il  faudrait que tu penses à lui comme à l'amant épris de toi.

     

    Même  si le désespoir te ronge et si ta peine, tu là lui dois,

    Il ne faut pas jeter l'éponge ! Que sais-tu toi, de son combat ? 

    Le bonheur est une bataille qu'il nous faut gagner chaque jour

    En avançant, vaille que vaille, sur nos peines et  sur nos amours.

     

    Nos existences sont toujours une perpétuelle renaissance.

    Si notre cœur prête à l'amour la valeur de  sa quintessence,

    C'est que l'amour en est l'essence,  et la  raison même de nos sens:

    C'est ce désir qui nous rend fou au point d'une réelle dépendance.

     

    Il ne faut pas s'avouer vaincu par ce qui peut nous décevoir !

    Il faut toujours garder espoir même lorsque tout semble perdu.

    Elle garde secret en son cœur l'envie d'un amour fusionnel

    Pourtant, elle sait que le bonheur n'est pas un état perpétuel. 

     

    Elle cache aussi dans son regard les graines amers de la passion;

    Mais elle croit qu'il est bien trop tard, même si elle n'a  pas raison.  

    On peut vivre plusieurs départs ! Rien n'est jamais perdu d'avance !

    Ce n'est pas la fin de l'histoire ! La vie nous donne plusieurs chances !

     

    Quand enfin l'on tient notre chance, on peut renaître à la passion

    Car, lâcher prise n'est pas bon ! Toute vie a son importance !

     Pourquoi nourrir cette douleur qui empêche la clairvoyance ?

    Pourquoi laisser passer les heures dans l'ombre trouble du non-sens ?

     

    Son envie  d'être encor' aimé' la fait redouter ce bonheur

    Que peux lui apporter l'amour du seul homme comprenant son cœur.

     Son corps de femm' ne veut pas voir que l'éclaircie met à mort l'ombre.

    Qu'il suffit d'un rien pour y croire : d'un baiser, d'un mot, d'une seconde, 

     

    Mais la mal-aimée ne veut pas. Elle se punit du droit d'aimer.

    Pourtant, l'amour est là, tout prêt ! Il n'attends d'elle qu'un faux pas.

    " Le cœur, on sait, à ses raisons que même la raison ignore ! " 

     Si elle ne veut plus aimer : la vie, l'amour, sont mis à mort.

     

    Elle n'y croit plus

    N. Ghis : texte écrit en 2001

    Elle n'y croit plus Cette poésie fut écrite pour une amie du net.

       

    Elle n'y croit plus Cette poésie fut écrite pour une amie du net.Elle n'y croit plus Cette poésie fut écrite pour une amie du net.

     1. Catherine 27/07/2009

    J'ai lu vos poèmes et celui pour lequel j'ai mis un com me correspond tout à fait et j'en souffre beaucoup. 
    On aurai pu penser que je l'avais écrit, il y en a d'autres aussi qui me correspondraient ; mais c'est pour celui là que j'ai eu un pincement au cœur...
    J'aime ce que vous écrivez et surtout ne vous arrêtez pas ! Amitié, Catherine 

    Elle n'y croit plus Cette poésie fut écrite pour une amie du net.Elle n'y croit plus Cette poésie fut écrite pour une amie du net.


    6 commentaires
  •  

     " Mais non! Le petit chat n'est pas mort. "

     

    Mon petit chat est mort 

    Mon petit chat est mort :

    Je ne sais pas pourquoi, ni comment,

    La chose est arrivée ? 

    C'était mon tout petit minou,

    Trop jeune encore pour me quitter

    Comme la colère qui me gagne 

    Ma peine ne veux pas s’éteindre

    Car la faucheuse me l'a prit

    Sans me demander mon avis.

     

    Mon petit chat est mort.

    Je l'ai pris dans ma mains :

    Petite boule de poil froide,

    Inerte, sans vie, lui si joueur

    Avec mes pelotes de laine...

    Je ne sent plus sa chaleur

    Et ses ronrons contre mon cœur.

    Son absence me fait si mal 

    Que mes larmes inondent mes joues.

     

    Je l'ai enterré ce matin

    Dans mon jardin, sous le sapin,

    Dans ma plus jolie boîte en bois

    Pour que son repos soit serein.

    Je sais qu'il dort ici, tranquille,

    Dans ce trou qui n'est plus vide

    Puisque c'est maintenant sa demeure.

     

    Mon petit chat est mort.

    Il ne me faut plus pleurer

    Il a fait sa maison dans mon cœur

    Pour que ma peine soit plus douce

    Et que mon sourire revienne

    En repensant à ses bêtises.

    Ma peine doucement va s'en aller...

    Elle mettra du temps à s'estomper ?

    Mais c'est la vie :

    La même pour tout le monde.

     

    Mon petit chat n'est plus,

    Il est dans sa jolie boîte cercueil

    Avec ma pelote de laine

    Que je lui ai donné

    Pour ne pas qu'il s'ennuie.

    Mon petit chat est mort,

    Mais il sera toujours vivant

    Dans mes pensées, dans mon esprit.

    Dans mon âme et dans mon cœur.

    N. GHIS

    Image associée


    4 commentaires