•  

     

    Pour une expérience optimale, utilisez google chrome.


    votre commentaire
  •  

    Souvenir de jeunesse

    Résultat de recherche d'images pour "Images gratuite de jeunes ados filles et garçons qui s'embrassent Gifs" 

     

    Déclaration

     

    Comme les pins qui brillent ou la rosée

    Qui recouvre les fleurs au matin,

    Et qui forme la fente perlée

    Qui glisse lentement et si bien :

     

    Une larme des tes yeux est née

    Pour briller encore un instants

    Avant de glisser lentement

    Sur ta joue douce à embraser.

     

    Comme les vers arbustes des campagnes

    Qui se dessinent à peine sur l’horizon

    Tu te courbes avec charmes

    Pour m’offrir des mélodies sans nom.

     

    Et comme les cailloux blanc des ruisseaux

    Écoutent le chant cristallin de l’eau

    Je gouttait avec délice les tendres échos

    De ton amour amour qui m’est si cher.

     

    Jean-Claude Lefebvre  1963

      

     

    Hier, en rangeant des  papiers de poésies très anciennes. J’ai retrouvé parmi des feuilles de vieux cahiers à spirales  jaunit par le temps, datant de 1963, un poème de Jean-Claude : mon premier amour de jeunesse. A cette époque, j’avais 15 ans : lui en avait 17.

    Avec une vie mouvementée comme celle que j'ai eu jusqu'à mes vingt ans, je ne croyais pas retrouver ce poème un jour. Le redécouvrir m'a  surprise et m'a rappelé ce beau jeune homme dont j'étais follement amoureuse.

    J'ai retranscris  son poème ici car  après de si longues années, avoir de nouveau cette poésie innocente entre les mains, arrive encore  à me  toucher, et ne pas en fixer définitivement le texte sur mon blog serait nier ma première histoire d'amour que dans un fond de ma mémoire, je n'ai jamais oublié. Qu'est t-il devenu ? Il a fait sa vie, j'ai fais la mienne, et j'espère pour lui qu'elle a été heureuse comme je le suis avec mon mari Jean-Michel. S'il a vécu, Il aurait aujourd'hui 72 ans.

    Nous étions sages à notre époque. nous nous touchions que du bout des yeux… et du bout des lèvres aussi... mais ce que nous ressentions était fort et nos baisers gagnaient en intensité sans pour autant toucher aux interdits.  Ce poème me rappelle tellement de choses de mes années de liberté qui n'ont pas été si nombreuses ! Cette poésie maladroite est né spontanément de son cœur (avec des petites fautes d'orthographe), traduisant ce qu’il ressentait pour moi. 

    Nous nous sommes aimés plusieurs mois, puis nous avons été séparés par la vie. Il m'est arrivé pendant longtemps de retrouver, dans mes rêves, Jean-Claude au détour d'une rue, de se reconnaître et de prendre des nouvelles de nos vies respectives, installés à la terrasse d'un café. Nous étions encore jeunes et nous cherchions à savoir, l'un, l'autre, ce que nous étions devenu. Étions-nous mariés ? Avions-nous des enfants ? Étions-nous heureux ? Puis le rêve s'effaçais sans avoir eu vraiment la réponse à nos questions. Un regret, pour moi, de ne jamais avoir pu donner une fin à notre histoire et à chaque fois, ce pincement au cœur...Les premières amours qui se terminent subitement, sans raison font très mal ! 

    N. Ghis

    Un premier amour ne s'oublie jamais...

     

    Résultat de recherche d'images pour "Barres de séparation bleues"

     

      

    Résultat de recherche d'images pour "Barres de séparation bleues"

     


    23 commentaires
  •   

    La musique des mots

     

    Renaud - Les mots (Lyrics video)

     

     

    La musique des mots 

     

     

    La musique des mots

     

    ( La  naissance d'un poème en forme d'Alexandrin)

     

    Il y a des musiques qui tournent et font la fête:

    Des ritournelles qui font tant de bruit dans ma tête.

    Alors que je dormais d'un doux sommeil profond,

    Sans se soucier de moi, mon repos elles défont.

     

    Ballades ou mélodies: je les trouve très belles,

    Mais je n'sais pas jouer et je ne peux garder

    Ces musiques insistantes qui viennent me troubler.

    Aussi vives qu'une idée, Toutes ces notes m'appelles:

      

    Elles s'imposent à moi, se distillent en moi,

    Le temps d'une poésie qui me met en émoi.

    Puis elles se font discrètes, de moins en moins audibles,

    Pour enfin disparaître et ça devient pénible.

     

    Le rituel de ces nuits ou la musique m'éveille

    S'imposent sans vergogne, même si j'ai sommeille.

    Lorsque ma muse m'inspire les mots que je devine

    Pour m'aider à trouver les vers qui font la rime,

     

    La musique céleste aux notes qui s'animent

    Fait naître en moi les phrases qui, dans mon cœur, s'impriment.

    A mon esprit elles cognent, cognent et cognent encore

    Jusqu'à ce que mon âme accepte leurs accords.

     

    Sur une page blanche, la plume à la main,

    La musique des mots me dicte des merveilles.

    Je couche stances et quatrains malhabiles, sans entrain,

    Car c'est une nuit blanche à nul autre pareille.

     

    Lorsqu' enfin elle blanchit accompagnant ma veille,

    Elle me trouve endormie quand s'en vient le matin.

    Plus rien ne peut sortir : je ne vois plus la fin

    Que la musique des mots me soufflait à l'oreille.

     

    Ma muse s'est envolée, frivole et inconstante,

    Ou seuls quelques poètes sauront la retrouver

    Pour composer la phrase plus ou moins insistante

    Qu'il faudra, sans tarder biffer, recommencer.

     

    C'est ainsi que j'écris quand je suis inspirée, 

    Et défilent devant moi des tas de paysages

    Qui me font entrevoir de merveilleux voyages

    Signe d'une survivance trop longtemps désirée.

     

    N. GHIS. 

    ** " Les poètes survivent à travers les âges...

    Le poète est un otage consentant de la muse qui l'inspire.

    Une muse est éthérée, de sexe incertain,

    Puisqu'elle n'est autre qu'inspiration masculin féminin.

    Les mots qui se bousculent dans sa tête sont les barreaux de sa prison.

    Il ne sera pas serein tant qu'il n'aura pas fait naître

    Les vers parfaits en mots et rimes qui,  dans son esprit, le harcelait." **

     

    N. GHIS.

     

    La musique des mots 

    Texte écrit le 13 avril 2016 

    La Rose De Janvier 2016


    25 commentaires
  •  

    Fiction 

     

     

    Mon amour virtuel

     

    Dans le creux de ta mains, dépose un doux baiser

    Puis d'un souffle, envoie-le dans la nuit étoilée.

    Retrouvant son chemin bien au-dessus des nues,

    Il viendra de lui-même jusqu'à ma main tendue.

     

    Puis, remontant mon bras pour atteindre mes lèvres

    Il m'ouvrira les portes qui mènent aux rêve.

    Glissant dans l'inconscience, je volerai vers toi,

    Portée par les baisers que, la nuit, tu m'envoies,

     

     

    Me disant que mêm' quand nous sommes séparés,

    Nos pensées se rejoignent au moment de rêver.

    En attendant l'instant où, enfin, réveillés,

    Nous n'aurons entre nous que l'espace d'un clavier

     

    Que nous n'pouvons franchir de peur d'abîmer

    Un bel amour de rêve! Le rêve d'un amour,

    Qui brûle en notre cœur, et ce, depuis toujours.

    Un rêve qui nous habite; mais non réalisé...

     

    Nous resterons ainsi, l'un de l'autre, éloignés

    Puisque de nous aimer est pour nous défendu.

    Puisqu'on n'a pas le droit de détruire des foyers

    Où des conjoints aimants serait bien trop déçus...

     

    Il nous faut rester sages et s'aimer à jamais

    Dans cette douleur sourde qu'est la force d'aimer

    Taisons nous, mon amour, puisque c'est interdit!

    Mais, par delà nos mots, nous resterons unis...

      

    Mon amour virtuel

      

    N. Ghis. " La main et la plume"  octobre 2005


    5 commentaires
  •   

    Une goutte de lune

     Fiction

     

     

    Une goutte de lune

    Une goutte de lune : poème fiction

    La nuit est étoilée, mais je n'y prends pas garde.

    Mes pensées sont ailleurs: perdues dans l'infini.

    Une épine s'est logée en mon cœur par mégarde

    Et la douleur me ronge lorsque je pense à lui.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Je songe et me débat pour le quitter sans bruit.

    Ma lutte est sans espoir dans ce piège adultère

    Et mon corps en émoi ne veux pas ce gâchis

    Car j'ai besoin de lui: sans ses mots, c'est l'enfer.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Il est ma raison d'être et mon souffle de vie.

    Je suis son *égérie, la muse du poète,

    Mais je me sens coupable et souvent je m'inquiète

    De vivre en jouissant d'un amour interdit.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Mes doutes et mes erreurs, je n'en suis plus maîtresse!

    J'ai besoin que l'on m'aime pour ce que je suis!

    Il m'aime! Je le sais et pourtant je le fuis;

    Mais ne peux me passer d'accepter sa tendresse.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Je suis son âme sœur. Il est mon idéal

    Cependant, au départ, rien ne nous réunit.

    Une goutte de lune a piégé mon ennui

    Et je suis son aimée, sa femme et sa *vestale...

     

    N. Ghis.

    Une goutte de lune : poème fiction

    Une goutte de lune : poème fiction

    Une goutte de lune : poème fiction

    Texte écrit en 2003 

    **Vestale (déesse du foyer)

    ** Égérie (l'inspiratrice d'un artiste) 

    Une goutte de lune  

    Nicol (site web) Le 22/10/2012

    Beaucoup d'esthétisme dans ce site ! Un gros travail d'écriture et, je suppose, une recherche toute à ton avantage! Dès que je le peux, je viens me perdre chez toi. C'est un bonheur que de se reposer de notre journée en rêvassant grâce à tes écrits. Toutes mes félicitations! Amitié, Nicole.

    Une goutte de lune  

    Michelle (site web) Le 01/08/2016

    Bonjour Ghislaine,
    Comme on se sent bien sur ton site ! On y resterait des heures ! Est-ce toi la jolie dame juste à gauche? Gros bisous et
    à bientôt! Michelle.

    Une goutte de lune  

    Sophie (site web) Le 08/05/2010

    Bonjour Ghis,

    Sachez que votre site me plait beaucoup, et que je le visite régulièrement ( même si je ne commente pas toujours ), ainsi hier j'ai pu constater que nous avions les mêmes goûts. Je pense à la vidéo de "Claude Barzotti, le poète", une chanson merveilleuse, en effet!
    Merci encore pour toutes vos interventions sur mon site qui me sont très agréables
    Très bonne Journée! A bientôt, Sophie.

    Une goutte de lune


    18 commentaires