• Détermination : Poème intimiste.

      

    Détermination

    Sur cette photo j'ai 20 ans (1967) et cela faisait tout juste un un an que j'étais sortis du Bon Pasteur d'Arras, dans le nord le la France. Lorsque je suis sortie de ce pensionnat, avec mes diplômes en poche, j'ai été embauché tout de suite comme hôtesse d'accueil dans un grand drugstore américain.

    C'est aussi l'époque ou je n'étais pas loin de rencontré mon cher mari

    Jean-Michel qui était un tout jeune pompier professionnel à Versailles. Nous nous sommes rencontré à la mi-septembre 68 et nous nous sommes mariés le 11 janvier 1969 : je n'avais pas encore 22 ans.

    Lorsque j'ai écris cette poésie, je ne le connaissais pas encore.

    Je peux dire aujourd'hui que j'ai réussi pleinement ma vie. Ho! Ce ne fut pas facile tous les jours car l'argent manquait déjà à cette époque; mais à force de caractère et de ténacité, nous avons réussi tout ce que nous avons entrepris. Il suffit de vouloir pour pouvoir et surtout savoir ce que l'on veut faire de sa vie!...

     

    Détermination

     

    Détermination

     

    Par delà les remparts d'une vie incertaine.

    Au bout des souvenirs gravés dans ma mémoire

    Et le long des sentiers et chemins de ma vie:

    J'essaie de découvrir pourquoi je suis ici.

     

    Au détour d'un soupir trop longtemps contenu.

    Dans le cœur révolté d'une jeune fille incomprise

    Refusant de devoir être une femme soumise:

    J'essaie de deviner ce que sera ma vie. 

     

    Je recherche une trêve entre la vie et moi.

    Je chercherai sans trêve ce pourquoi je suis là.

    Je n'ai pas eu la vie dont je rêvais enfant!

    Ce n'est pas cette vie dont je veux maintenant.

     

    Je veux vivre mes rêves! Connaître tout de moi,

    Et deviner l'envers de ce qui est l'endroit.

    Quelque part est caché la clef de ce mystère

    Et j'irai la chercher jusque dans l'au-delà. 

     

    Chaque fois que mon cœur se laisse apprivoiser,

    Je rêve d'un amour qui serait partagé,

    Mais quand je suis déçue, mes désespoirs bafoués:

    Je referme ma porte aux serments déguisés.

     

    Et, par delà mes peines, mes espoirs et mes peurs,

    Par delà mes erreurs et mes rancœurs tenaces

    Bien plus que mes efforts pour mieux sauver la face,

    Je cherche à découvrir qu'elles seraient mes erreurs.

     

    Je ne veux pas d'amour qui ne s'rait que mensonge !

    Je veux vivre un amour sincère, sans tromperie !

    Un concentré d'amour dont je veux profiter.

    Un concentré d'amour trop longtemps refréné.

     

    Au fil du temps passé sur mes années  perdues.

    Dans l'existence morne d'une enfance meurtrie.

    Dans les yeux de la fille que j'aurai voulus être.

    Dans la plate existence d'une fille sans amis.

     

    Dans tout ce que je suis. Dans tout ce que je fais.

    Dans ce qui fait ma vie présente et imparfaite.

    Dans ce qui reste en moi intériorisé :

    J'essaie de découvrir ce que me veut la vie.

     

    Elle me doit l'amour ! J'ai le droit d'être aimée !

    J'ai le droit de rêver, d'avoir des émotions !

    Je veux vivre un bonheur sur lequel j'ai des droits !

    J'ai trop besoin d'amour, j'ai tant besoin de ça !

     

    N.GHIS.

    Détermination

    Texte écrit en 1967

    La Rose De Janvier 2016


    Détermination

    « Le savoir faire du poèteFantasme de mes nuits "Érotique" »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 7 Mars à 22:10

    Hello Ghislaine

    Encore un joli hymne à l'amour, bravo

    C'est joliment écrit

    1967, ouch que c'est loin cela

    J'étais un beau jeune homme, hihihi

    Amitiés

    Jo

      • Mercredi 8 Mars à 00:28

        Merci Jo, Tu a trouvé celui-ci ? Je n'en reviens pas que tu t'enfonce ainsi dans les pages les plus attachées à ma personnalité.  Je te remercie pour ton voyage poétique sur ce blog. J'étais encore une jeune fille maladroite; mais je savais ce que je faisais et n'allait pas traînée n"importe où  le soir après mon travail: je rentrais tout de suite suite dans le studio que je louais et ne sortais plus de peur de me faire enlever car je n'avais personne pour s'inquiéter de ma disparition si cela était arrivé. Et puis, je n'avais pas l'habitude de traîner le soir avec les garçons. Ce n'étais pas comme maintenant!  Je me protégeais de tout ce qui ne me semblait pas correcte ou qui me semblais dangereux. Oui, c'est loin! Notre jeunesse à filé trop vite. lorsque je me suis retournée sur le chemin de ma vie, je n'en suis pas revenue comme le temps avait filé??? Voici la vrai photo en noir et blanc. J'avais de très beau yeux d'un vert jade ou mente à l'eau : changeants l'été et plus foncés l'hiver. Les autres ne sont que des reprise en couleur par une amie qui savait très bien le faire. Elle est décédé maintenant et elle n'avait que 35 ans lors de son décès sur une table d'opération... Merci de m'avoir lu cher Jo. Bises de la nuit. Ton amie Ghis.



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :