•   

      

    Je ne sais plus...



    Je ne sais plus qui je suis.

    Je ne sais plus où je vais.

    Je ne sais plus si je vais.

    Je ne sais plus pourquoi je suis.



    Je ne sais plus si je suis en vie.

    Je ne sais plus comment je suis en vie.

    Je ne sais plus où va ma vie.

    Je ne sais plus si j'aime la vie.



    Je ne sais plus ce que je veux.

    Je ne sais plus pourquoi je le veux.

    Je ne sais plus pourquoi je ne veux plus.

    Je ne sais plus pourquoi il pleut



    Je ne sais plus s'il fait beau temps.

    Je ne sais plus ce qui est le temps.

    Je ne sais plus qui marquent le temps

    E t si je vieillis avec le temps...



    Je ne sais plus comment va mon corps.

    Je ne sais plus comment je m’endors.

    Je ne sais plus comment va ma vie.

    Je ne sais plus rien de ce qui n'est pas toi.

     

    N. Ghis.

     Je ne sais plus : Poésie

    Texte écrit en 2005

    La Rose De Janvier 2016


    2 commentaires
  •  

     

    La fée Ariane

     

    La fée Ariane

     

    La Fée Ariane

    (Poésie n'ayant rien à voir avec le mythe.)

      

    Je suis la fée Ariane.

    Je capture les hommes en captivant leur âme

    Que je cache en mon cœur.

    Le lien qui les maintien à jamais prisonniers

    Est tissé de fil d'or invisible à leurs yeux.

    Ils acceptent leur sort oubliant leur passé

    Car ils sont prisonniers, prisonniers volontaires,

    Prisonniers d'un amour dont ils sont tributaires.

    Je suis la fée Ariane. Je capture les âmes

    Des hommes que je désirent et qui se laissent faire.

    Je suis qu’évanescence et beauté pure.

    Ne me mêlez pas à votre réalité!

    Je ne suis que mystère et ne peux venir vous visiter

    Que dans vos rêves les plus doux, les plus fous!

    Je suis une et plusieurs à la fois.

    Je peux ainsi piéger les hommes qui me plaisent;

    Mais un seul suffirait à faire mon bonheur!

    Messieurs les séducteurs! Prenez garde à vos cœurs!

    Je capture vos âmes! Je suis la fée Ariane!

     

    N. GHIS.

     

     "Le fil d’Ariane" est tiré d'un mythe

    qui s'inscrit lui-même dans la mythologie grecque : Le minotaure

    Anecdote:

     

    "Ariane n'était pas une fée, mais la fille de Persiphaé et du roi Minos qui régnait  sur Cnossos dans l'île de Crète. Amoureuse de Thésée  désigné pour le sacrifice ultime qui revient tous les neufs ans, Ariane veut le sauver. Elle imagine un stratagème qui va pouvoir aider Thésée à retrouver son chemin dans ce fameux labyrinthe malodorant après qu'il eut réussi à tué le minotaure qui était un demi-dieu mi-homme mi-taureau et qui était soit disant invincible. Le mythe dit que ceux qui affrontaient le monstre ne retrouvaient jamais le chemin de la sortie et mourraient de faim, de soif et d'épuisement quand ce n'était pas le minotaure qui les avait mangé: ce qui faisait partie de l'épreuve.

    La fée Ariane

     

    On se doute bien que Ariane ne voulait pas que Thésée meurt en s'étant perdu dans ce dédale de tunnels sombres et malodorants alors qu'il avait réussi à triompher du minotaure! L'idée de Ariane fut simple, mais il fallait y penser! Elle se procura une grosse bobine de fil de soie qu'elle confia à Thésée pour qu'il déroule ce fil au fur et à mesure qu'il avancerait dans ce fameux labyrinthe. Ce que Thésée réussit très bien à faire et c'est ainsi qu'il ressorti du labyrinthe et devînt le premier homme à être revenu vivant de cette terrible épreuve. A la suite de cette extraordinaire exploit, Thésée  épousa Ariane qui lui donna un fils. "

     A partir de ce jour, Ariane fut considérée comme une héroïne.

    D'où l'expression

    "Le fil d’Ariane" dont on se sert  toujours aujourd'hui pour ne pas se perdre.

    La fée Ariane

    Texte écrit en 2009

    La rose De Janvier 2016

     La fée Ariane


    votre commentaire
  •  

                                                         Je voudrais te dire

                                                          Poésie Fiction

     

    Je voudrais te dire

      

    Je voudrais te dire

    (Lettre d'amour) Poésie Fiction 



    Celui dont tu tiens le cœur entre tes mains

    Agonise de ton apparente indifférence.

    Est-ce un jeu pour m'attacher un peu plus à toi,

    Ou est-ce parce que tu ne m'aimes pas?

    Répond-moi, ma douce! Je veux savoir!

    Imagine que tu sois le creuset de mes délires,

    Le secret de mes désirs, la muse qui m'inspire.

    Tu sais que je connais l'inclinaison que ton cœur à pour moi!

    Ne fais pas semblant! Ne me repousses pas!

    Je veux voir tes yeux étoilés illuminer mon regard.

    Laisse-toi aller à cet amour que tu refuses d'admettre!

    Deux êtres qui fusionnent ne peuvent qu’atteindre la félicité!

    Cette félicité qui peut nous entraîner aux confins du réel.

    Je voudrais te dire comme personne

    Ces mots poèmes pour que tu t'abandonnes.

    Ces mots d'amour pour qu'enfin, tu te donnes...

     

    N. Ghis.

    Je voudrais te dire

    Texte écrit le 02/02/2006

     


    2 commentaires
  •  

    Et si l'on ne rêvait plus.

     

    Et si l'on ne rêvait plus



    Nous avons tous besoin de rêver! Rêver: c'est le sel de la vie!

    Rêver éveillé, c'est l'esprit qui se libère de ses entraves.

    C'est lui permettre de s'évader et oublier pour un temps ses peines.

    Rêver éveillé, c'est s'éloigner de la réalité et côtoyer l'irréalité.

    Rêver éveillé, c'est vraiment frôler l'irréalisable.

    Rêver éveillé, c'est se perdre dans l'infini.

    C'est avoir un jardin secret ou se réfugier.

    Rêver éveillé, c'est avoir un idéal à sois.

    C'est donner libre court à ses pensées sans en ressentir les méfaits.

    C'est savoir se jouer de ce qu'est notre vie si décevante soit-elle.

    Rêver éveillé, c'est se complaire dans ses fantasmes.

    Rêver éveillé, même trop, même mal, c'est un besoin vital.

    C'est se construire une virtualité pour atteindre sa propre réalité.

    C'est garder quelque part une âme d'enfant.

    S'évader de cette existence que l'on aurait voulu autre.

    La vie ne fait que ce qu'elle veut; mais nos rêves sont à nous!

    L'homme ne fait que ce qu'il peut selon le destin qui lui est attribué;

    Mais ses rêves le font grandir si son âme est généreuse.

    Il ne nous reste que le rêve pour nous sentir plus heureux.

    Il ne nous reste que le rêve pour toucher la voûte des cieux.

    Rêver éveillé, c'est atteindre l'inaccessible étoile.

    Si l'homme ne rêve plus, la vie n'a plus lieux d'être!

    Il n'y a plus rien de réalisable sans le rêve...


    N. Ghis.  

    Et si l'on ne rêvait plus.

    Texte écrit en 2005

     


    votre commentaire
  •  

     

    Hymne à la rose



    Ton nom évoque la beauté

    Que seule Nature t'a donné.

    Reine au jardin et fleur mortelle,

    Maintes fois peintes en aquarelle.

     

    Corps végétal au vert changeant,

    Aux épines pour te défendre,

    Nous te chantons en t'imageant

    Pour que survive ta légende.

     

    Suprême symbole de l'amour

    Jamais autre fleur ne t'égale.

    Nous t'aimons et c'est toi toujours

    Que l'on copie dans le cristal

     

    Tu es reine parmi les fleurs

    Te garder semble une prouesse

    Pour toi bientôt sonnera l'heure

    De subir fâcheuse détresse.

     

    Savoir, pourtant, que tu es reine

    Parmi les fleurs de mon jardin

    Ne changera rien à ma peine

    De te savoir morte demain.

     

    Fleur de toujours, bouton de rose,

    Ta vie n'est pourtant qu'éphémère.

    C'est bien ainsi que vivent les roses :

    Plus que précieuses, elles nous sont chères.

     

    N. GHIS.

    Hymne à la rose

    Poésie écrite le 03 Novembre 2015 


    votre commentaire